Photo
Henri Fantin-Latour (1836-1904), La Damnation de Faust - 1888

Henri Fantin-Latour (1836-1904), La Damnation de Faust - 1888

Photo
Odilon Redon (1840-1916), Faust & Méphistophélès - 1880

Odilon Redon (1840-1916), Faust & Méphistophélès - 1880

Photoset

Mark Antokolski (1843-1902), Méphistophélès - 1884

Photo
Johann Peter Krafft (1780-1856), Faust au Matin de Pâques - 1856

Johann Peter Krafft (1780-1856), Faust au Matin de Pâques - 1856

Photo
John Atkinson Grimshaw (1836-1893), The Dockside Liverpool at Night - 1886

John Atkinson Grimshaw (1836-1893), The Dockside Liverpool at Night - 1886

Photo
Andreas Roller (1805-1891), Paysage au Château - 1843

Andreas Roller (1805-1891), Paysage au Château - 1843

Photo
Andreas Achenbach (1815-1910), Hiver sur la Côte Hollandaise - 1849

Andreas Achenbach (1815-1910), Hiver sur la Côte Hollandaise - 1849

Photo
Lev Kamenev (1833-1886), Brouillard. L’Etang Rouge à Moscou en Automne - 1871

Lev Kamenev (1833-1886), Brouillard. L’Etang Rouge à Moscou en Automne - 1871

Photo
Lev Kamenev (1833-1886), Nuit sur la Rivière Mologa - 1861

Lev Kamenev (1833-1886), Nuit sur la Rivière Mologa - 1861

Photo
John White Alexander (1856-1915),  Juliette (The Green Girl) - 1897

John White Alexander (1856-1915),  Juliette (The Green Girl) - 1897

Photo
John White Alexander (1856-1915),  Onteora - 1912

John White Alexander (1856-1915),  Onteora - 1912

Quote
"

Ô mes rêves, voici l’heure équivoque et tendre
Du crépuscule, éclos telle une fleur de cendre.

Les clartés de la nuit, les ténèbres du jour,
Ont la complexité de mon étrange amour…

Sous le charme pervers de la lumière double,
Le regard de mon âme interroge et se trouble.

Je contemple, tandis que l’énigme me fuit,
Les ténèbres du jour, les clartés de la nuit…

L’ambigu de ton corps s’alambique et s’affine
Dans son ardeur stérile et sa grâce androgyne.

Les clartés de la nuit, les ténèbres du jour,
Ont la complexité de mon étrange amour.

"

Renée Vivien (1877-1909), Twilight.

Quote
"Doucement tu passas du sommeil à la mort,
De la nuit à la tombe et du rêve au silence,
Comme s’évanouit le sanglot d’un accord
Dans l’air d’un soir d’été qui meurt de somnolence.
Au fond du Crépuscule où sombrent les couleurs,
Où le monde pâli s’estompe au fond du rêve,
Tu sembles écouter le reflux de la sève
Murmurer, musical, dans les veines des fleurs.
Le velours de la terre aux caresses muettes
T’enserre, et sur ton front pleurent les violettes."

Renée Vivien (1877-1909), Epitaphe (in Cendres et Poussières - 1902)

Photo
Herbert Cole (1867-1930), Illustration pour une édition des Rubaïyat d’Omar Khayyam - 1901

Herbert Cole (1867-1930), Illustration pour une édition des Rubaïyat d’Omar Khayyam - 1901

Photo
Herbert Cole (1867-1930), Illustration pour une édition des Rubaïyat d’Omar Khayyam - 1901

Herbert Cole (1867-1930), Illustration pour une édition des Rubaïyat d’Omar Khayyam - 1901